Rechercher
  • Julien

Offre au prix en premier : l'appartement est-il pour moi ?


C'est la loi Hoguet qui régit les transactions immobilières en France et en théorie si vous faites l'offre au prix et en premier, l'appartement vous revient.


En théorie donc, le vendeur qui présente en publicité une chose et un prix ne peut refuser, quand bien même il préfère un dossier sans conditions suspensives à un dossier payant comptant, l'offre d'achat au prix d'un acquéreur qui a été le premier à la faire. Le droit de la consommation conforte cela avec l’obligation d’accepter une offre au prix, la première faisant foi. Mais entre la théorie et la réalité, il y a un monde.

Alors, pourquoi cette règle d'éthique est très peu respectée? 

Certains agents considèrent donc que le but est de défendre au mieux les intérêts du vendeur, à savoir, lui présenter le meilleur dossier financier et non la première offre au prix. Le discours de la plupart des agents immobiliers est le suivant :

"En tant qu’agent de notre client, même si ce n’est pas lui qui règle nos honoraires, c’est lui qui nous a mandaté pour vendre son bien donc nous le défendons."

Et oui, le problème est que le fait de prendre un dossier avec des conditions d’obtention de prêt décale le délai de rétractation de 10 jours à 60 jours. Si le vendeur achète un appartement derrière avec le fruit de sa revente, cela peut le mettre dans une position très délicate si il s’est engagé de son côté.

Quand au choix entre deux dossier avec conditions suspensives, on a tendance à prendre celui avec les conditions les plus sûres pour éviter que la vente ne casse.

C’est vrai, un apport important et un petit prêt a logiquement moins de chance d'être refusé, ainsi qu'un emploi stable tel qu'un CDI aussi.

"On a donc tendance à choisir tout simplement, le deal qui a le moins de chance de casser."

Olivia, chasseur particulier, nous confie la méthode des agents pour contourner la loi :

"Dans notre métier, on l’a tous vécu, il arrive qu’on appelle pour un appartement et que l’agent nous répondent qu’il a déjà deux offres au prix mais qu’il continu les visites afin de choisir le meilleur dossier, donc en plus de contourner la loi, il l’annonce sans aucun problème."

Le must de ce qui m’est arrivé, est d’appeler un agent immobilier après que mes clients aient fait une première offre au prix, il me répond qu’il étudie les dossiers, je lui ai évidemment rétorqué qu’il devait légalement accepté la première offre au prix, sa réponse ici :

“ Je fais ce que je veux, si j’ai envie d’anti-dater des offres je le fais. Qu'allez vous faire ? ”

Chasseur Particulier
Carte pro : 9201 2020 000 044 771
Garantie financière : 1 600 000 €
SIREN : 879 785 574

 

© 2019